La visite guidée du Vieux Lyon passe nécessairement par celles des fameuses traboules. Présentes dans le quartier Saint-Jean mais aussi ceux de la Croix-Rousse et de la Presqu’île, elles sont en fait des “passages” d’une rue à l’autre via des courts d’immeuble. Nul mystère, dès lors, que leur nom vienne d’un mot latin qui signifie “traverser”…

Lors de votre visite de Lyon, votre guide vous propose de découvrir plusieurs d’entre elles, parmi celles qui sont à l’heure actuelle ouvertes au grand public.

Un tour des traboules à Lyon…

Dans le Vieux Lyon, les traboules datent principalement de l’époque de la Renaissance. Très souvent, elles ont été construites sur le modèle du patio romain : un espace à ciel ouvert au centre d’une habitation, parfois doté d’un puit. Elles se distinguent des galeries ou des passages urbains : en effet, si ceux-ci sont des allées entre les immeubles, les traboules, elles, traversent directement les bâtiments.

Ces constructions auraient eu, à l’époque, pour fonction de faciliter l’accès des habitants aux voies d’eau, en particulier la Saône. Certaines constructions sont plus tardives. Par exemple, celles que l’on trouve dans le quartier de la Croix-Rousse datent de l’époque des Canuts, plus précisément de la construction des quartiers ouvriers de Lyon aux dix-huitième et dix-neuvièmes siècles.

On sait également que les traboules, du fait de leur discrétion dans le paysage urbain, furent utilisées par la résistance lyonnaise, notamment pour les dépôts de message. A ce jour, Lyon compterait plus de 400 traboules, dont 200 dans le Vieux Lyon. Comme précisé plus haut, une partie d’entre elles seulement sont ouvertes au public, les autres étant situées dans des lieux privatifs. Toutefois, des accords entre la mairie de Lyon et les propriétaires permettent certaines visites.

La découverte de plusieurs traboules à Lyon

Lors de votre périple dans le Vieux Lyon, nous nous arrêtons notamment dans trois traboules.

La traboule de la Tour Rose

Proche de la station de métro Vieux Lyon, elle est l’une des traboules les plus remarquables du quartier, en raison de sa couleur, mais aussi de la tour de plusieurs étages qui orne la cour intérieure. On raconte que le roi Henry IV séjourna en ce lieu en l’an 1600, lors de son mariage avec Marie de Médicis. Un hôte de marque ! L’endroit abrite à présent un restaurant.

Au 27 de la rue Saint-Jean

Cette traboule qui file entre le 27 de la rue Saint-Jean et le 6 rue des Trois Maries mérite d’être découverte elle-aussi. Elle passe à travers une petite cour très colorée, où l’on appréciera des escaliers et de superbes galeries aux différents coloris, qui se glissent entre des immeubles datant du seizième siècle. L’ensemble est d’inspiration italienne.

Au 54 de la rue Saint-Jean

Cette traboule, dont l’entrée se situe au 54 rue Saint-Jean, aboutit quant-à-elle au 27 de la rue du Boeuf. Elle est la plus longue traboule du Vieux Lyon, traversant pas moins de trois cours et quatre immeubles ! On appréciera notamment, au passage, une façade splendide datant du dix-neuvième siècle.